Numbers

Numbers de John Rechy.

Publié le 13 septembre 2018
Traduit de l'américain par Norbert Naigeon
22.50 €256p ISBN : 978-2-918034-01-8

Numbers (1967), inédit jusqu’à ce jour en France, est le deuxième roman de John Rechy. Considéré, au même titre que Cité de la nuit, comme l’un de ses chefs-d’œuvre, il rencontra un considérable succès lors de sa publi­cation aux États-Unis et fut largement traduit à l’étranger.
Johnny Rio, ex-prostitué, rentre à Los Angeles après trois ans d’un exil choisi à Laredo, Texas, ville de son enfance. Au contact de la métropole, il est assailli par les souvenirs de sa vie passée et submergé par un désir de conquête qu’il était parvenu à brider.

Grandes espérances

Grandes Espérances, Kathy Acker

Publié le Août 2006 - Désordres / Laurence Viallet
Traduit de l'américain par Gérard-Georges Lemaire
Epuisé160 pages ISBN : 2-268-05906-5

Kathy Acker a déclaré au sujet de ses expériences littéraires : « Je me suis alors intéressée au “texte pur”. Aux textes des autres… C’était comme quand on est petit ; tout à coup ouvre un magasin de jouets et le magasin de jouets s’appelait « la culture ». » Grandes espérances, roman qui figure parmi les chefs-d’œuvre de Kathy Acker, offre une bien belle vitrine à ce magasin : ici tout est parodie, plagiat, pastiche. L’auteur convoque Dickens, bien sûr, mais aussi Guyotat – qu’elle est la première à avoir traduit en anglais –, Proust, Ben Jonson, ou Pauline Réage ; elle mêle culture classique et culture populaire.

La Vie enfantine de La Tarentule noire, par La Tarentule noire

La Vie enfantine de La Tarentule noire, par La Tarentule noire, par Kathy Acker

Publié le Janvier 2006 - Désordres / Laurence Viallet
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Gérard-Georges Lemaire
Epuisé144 ISBN : 2-268-05-702-X

La Vie enfantine de La Tarentule noire, par La Tarentule noire, premier roman de Kathy Acker, écrit en 1973, fut attribué à sa publication à un auteur dénommé La Tarentule noire, personnage que Acker inventa au début des années 70 (et fit même référencer dans l’annuaire).

Chroniques des quais

Publié le Août 2005 - Désordres / Laurence Viallet
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Laurence Viallet
Epuisé208 pages ISBN : 226805537-X

Chroniques des quais rassemble quarante-cinq « monologues » que l’auteur a recueillis sur la route, auprès de paumés, tapins, camés, fugueurs, et autres âmes perdues, puis retranscrits dans sa prose flamboyante. Si son écriture néo-beat, poétique, virtuose, porte la parole de ces « clochards célestes », l’auteur évoque également ses obsessions personnelles, que l’on avait découvertes dans Au bord du gouffre (la marginalité, l’aliénation sexuelle, la violence sociale…).

Le Fjord suivi de Sebregondi recule

Le fjord, suivi de Sebregondi recule, par Osvaldo Lamborghini

Publié le Mars 2005 - Désordres / Laurence Viallet
Traduit de l’espagnol (Argentine) par Isabelle Gugnon
128 pages ISBN : ISBN : 2-26805-375-X

Le Fjord et Sebregondi recule sont les deux œuvres inaugurales d’un auteur culte en Argentine. Paru en 1969, Le Fjord a d’abord circulé dans une semi clandestinité. Traversé par un travail poétique qui constitue le cœur de l’art lamborghinien, Le Fjord est un continuum délirant, sexuel et politique. Le texte débute par un accouchement apocalyptique qui se prolonge en débauche incestueuse, en orgie scatologique, le rituel sacrificiel s’achevant par un parricide.

Au bord du gouffre

Au bord du gouffre, David Wojnarowicz

Publié le Février 2004 - Désordres / Le Serpent à plumes
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Laurence Viallet
Epuisé262 pages ISBN : ISBN : 284261299X

Au bord du gouffre est un livre de référence de la littérature gay et la contre-culture nord-américaine, un grand livre sur le sida, mais c’est avant tout un texte littéraire éblouissant, un cri poussé par un écrivain virtuose, romantique, un écorché vif violenté par la vie qui raconte son existence et son époque. Nous sommes dans le New York bohème des années 80 et sa faune interlope (squatters, prostitués, junkies, travestis…), le New York de Lou Reed et d’Hubert Selby Jr. Mêlant différents matériaux textuels, Wojnarowicz parle de son horreur de l’aliénation, sa quête permanente de liberté, ses rencontres sexuelles furtives et anonymes.